La reconnaissance et la valorisation des compétences des représentants du personnel et des mandataires syndicaux

La reconnaissance et la valorisation des compétences des représentants du personnel et des mandataires syndicaux

Dans notre livret « Négociations 2018 dans la branche BETIC, nos remarques, analyses et propositions », nous avons décliné ce que nous entendions négocier. Ce préambule vise à le rappeler.

Jean Dominique Simonpoli, directeur général de l’association « Dialogue » a soumis, à la ministre du travail le 3 août 2017, vingt propositions pour valoriser les compétences acquises par les représentants du personnel et les mandataires sociaux. C’est à partir des propositions 6 et 10 que l’on nous propose de travailler. Nous aurions aussi aimé pouvoir examiner les autres propositions, plutôt liées elles, à l’articulation activité syndicale/activité professionnelle.

Il s’agit de prendre en compte le fait « syndical » et le fait « représentation du personnel » au regard :

  • Des responsabilités syndicales ;
  • Des responsabilités représentatives.
  • La valorisation des parcours « syndicaux » et de « représentants du personnel » permettrait d’intégrer ceux-ci dans la gestion des carrières, ce qui devrait entraîner de fait, une évaluation des compétences. Dans ce cadre, il faudrait des bilans d’étape pour des formations professionnelles de mise à niveau dans le sens d’une réintégration au poste de travail mais aussi et surtout dans la reconnaissance des compétences acquises dans l’exercice d’un mandat.

Il nous semble que la reconnaissance des acquis de l’expérience militante qui mêle « la connaissance » et le savoir-faire passe nécessairement par :

  • Une cartographie des compétences syndicales ;
    L’élaboration d’un référentiel des compétences syndicales ;
    L’élaboration d’une trame de réalisation individuelle d’un dossier de compétences ;
    La création d’une plateforme informatique collaborative.

A cet effet, nous ne partons pas de rien. Nous pouvons, et devons, nous appuyer sur – le passeport européen de compétence syndicale (PECS) :

  • Les instituts régionaux du travail ;
  • Des associations tel que Dialogue, des écoles telles que Sciences Politiques…
  • Les fiches « Mandascop » : Mandats des organisations syndicales de salaires et d’employeurs : Savoirs, Compétences et Profits.

Il nous appartient donc d’examiner, voire de retravailler ces fiches en vue de construire des parcours certifiants. Nos observatoires pourraient être mis à contribution.