Déclaration CGT Capgemini au CCE du 6 mars 2019

Déclaration CGT Capgemini au CCE du 6 mars 2019

L’index 2018 égalité professionnelle entre les femmes et les hommes au sein de l’UES Capgemini en France communiqué par la direction le vendredi 1er mars, s’attribuant une note de 94/100 est une véritable escroquerie.

La direction de Capgemini fait des économies sur le dos des femmes depuis des années grâce à des accords “égalité” qui les spolient. Le retard de rémunération, jamais rattrapé, pénalise les femmes depuis leur première embauche jusqu’à la fin de leur vie, retraite comprise.

La CGT Capgemini revendique depuis toujours le rattrapage immédiat et intégral des salaires des femmes.
Les derniers chiffres donnent 3 millions d’euros (de salaire brut salarié hors cotisations sociales patronales) dûs aux femmes par Capgemini. Sans compter que toutes les femmes ne sont pas prises en compte dans ce calcul.

Le dernier accord “égalité” laisse de côté environ un quart des femmes de la société. Qu’est-ce que 3M€, quand Capgemini est capable de lâcher en moins d’une semaine 4M€ de prime Macron pour maintenir la “paix sociale” ?

Comment allez-vous nous justifier que vous vous attribuiez une note de 39/40 sur l’indicateur relatif aux écarts de rémunération ? Une telle note impliquerait des écarts maximum moyens de 3% entre les femmes et les hommes… Les rapports de situation comparée des entités du groupe ont toujours signalé des écarts bien plus élevés.

Comment allez-vous nous justifier que vous vous attribuiez une note de 15/15 sur l’indicateur relatif au pourcentage de salariées augmentées à leur retour de congé maternité ? En effet, les salariées revenant de congé maternité après le mois d’avril doivent attendre leur CED de janvier de l’année suivante pour obtenir une augmentation. Sans parler de femmes qui l’année suivante ne se voient pas augmentées sous prétexte d’avoir bénéficié d’une  telle augmentation l’année précédente.

Enfin, la méthode de calcul des autres indicateurs permet un flou qui sert bien à masquer entre autres les écarts de promotion et d’augmentation réels entre les femmes et les hommes dans l’UES Capgemini, sans parler de l’assiette de calcul qui ne prend pas en compte toutes les situations et toutes les femmes dans l’UES.

Nous attendons de votre part, non pas des mots et des phrases alambiquées, mais les chiffres réels sur lesquels vous avez basé vos estimations. Nous attendons de vous la communication du tableau de calcul fourni par le Ministère.

Mais nous attendons surtout de vous une réelle politique d’égalité salariale et de Mais nous attendons surtout de vous une réelle politique d’égalité salariale et de traitement entre les femmes et les hommes dans l’UES Capgemini.