Notre voix doit compter, le débat on va se le faire !

Notre voix doit compter, le débat on va se le faire !

Au-delà de l’intitulé grandiloquent choisi, la CGT conteste la démarche adoptée par le gouvernement. Elle a décidé d’avoir ses propres initiatives, sa signature. Rien ne pourra être obtenu sans l’élévation du rapport de force et les luttes pour y parvenir. C’est le but de notre démarche revendicative dans laquelle s’inscrivent totalement les débats que nous allons initier. C’est pourquoi, la CEC du 8 janvier 2019 a décidé que la CGT portera, à son initiative, des Cahiers d’Expression Populaire dans les unions locales et départementales, dans les lieux publics (barnum, place publique, salle municipale, …) et des Cahiers revendicatifs sur les lieux de travail.

Pour mettre la CGT en dynamique, un rapide historique s’impose sur les décisions prises par la direction confédérale :

  • La CEC du 18 décembre 2018 a décidé : « La participation de la CGT aux débats en territoires dans le cadre du débat public national en partant de sa démarche et de son projet revendicatif ; l’objectif est de faire entendre la voix des salariés et des citoyens ;
    La réunion des secrétaires régionaux dès cette semaine pour cadrer l’intervention de la CGT dans ces débats en territoires issus du débat public national ;
    La proposition d’ouvrir nos UL et nos UD aux salariés pour qu’ils puissent y déposer leurs revendications ».
  • Le 19 décembre réunion téléphonique des Comités régionaux (2 absents et 1 excusé) qui a pointé qu’il fallait très rapidement, dès le 7 janvier 2019, constituer un groupe de suivi confédéral pour cordonner notre démarche revendicative et l’organisation de lieux de débat dans les UD et UL, voire sur les lieux de travail dans les entreprises et administrations.
  • La CEC du 8 janvier 2019 a décidé de fournir une compilation de supports (en pièce jointe) pour aider les organisations et syndicats à organiser et peser sur le débat national en territoire. Elle s’appuie sur les fiches argumentaires initiées depuis le mois de novembre, des repères revendicatifs le plus en lien direct avec les revendications exprimées (justice fiscale, salaires, développement humain durable, égalité des territoires, démocratie sociale, égalité femmes hommes…) et la reprise de nos campagnes nationales (coût du capital, campagne Service Public, campagne sécurité sociale, campagne industrie, …).
    Aussi, cette démarche ne peut être effective sans assurer via les Comités Régionaux la participation et la présence CGT dans les réunions de débat public avec nos argumentaires, d’assurer une convergence des expressions CGT, des élus et mandatés CGT dans les instances régionales, de s’assurer d’un dispositif d’accueil des UL et des UD et impulser dans les entreprises et administrations l’ouverture des locaux syndicaux aux salariés et agents et l’organisation d’assemblée générales et d’heures mensuelles d’information syndicale afin de recueillir leurs revendications et débattre de nos propositions.
    Bien entendu, chaque UD fixera son plan de travail en organisant l’ouverture des locaux ainsi que des UL en capacité de le faire sous sa responsabilité.

En organisant les débats publics en mettant à disposition des Cahiers d’Expression Populaire à partir de nos revendications, en construisant les cahiers revendicatifs avec les salariés dans les entreprises, à l’appui de ce dossier compilé qui offre un panel de revendications large, la CGT s’inscrit dans la préparation de la prochaine journée d’action nationale interprofessionnelle de grève, le 5 février 2019.

Le gouvernement et le patronat doivent maintenant répondre à l’urgence sociale, sans attendre une minute de plus ! La remontée de ces cahiers doit les y obliger.