Déclaration fédérale sur la répression des Goodyear

En janvier 2014, des salariés de l’entreprise Goodyear avait retenu durant une trentaine d’heures le directeur des ressources humaines et le directeur de la production, en demandant une renégociation du Plan de Sauvegarde de l’Emploi pour les 1 143 salariés de l’usine. Deux ans après, la justice a rendu un verdict hautement politique, il fallait faire un exemple : 24 mois de prison, dont 9 fermes pour « séquestration » et « violences en réunion » ont été requis contre huit syndicalistes CGT ! Une première depuis un demi-siècle…

Ce contenu est réservé aux abonnés