POLYMONT IT SERVICES : Bulletin d’information n°04

POLYMONT IT SERVICES : Bulletin d’information n°04

Un caillou dans la chaussure…

La CGT vous représente et vous informe : Compte-rendu de la réunion ordinaire de Comité d’Entreprise du 26/04/2018

En résumé…

Le mois de mars s’inscrit économiquement dans la continuité des deux précédents, les résultats budgétés et réalisés étant en cohérence (chiffre d’affaire, indicateurs de « santé », recrutement). L’entreprise est donc en bonne voie mais la perte ce mois-ci des contrats historiques SESAM-Vitale (Le Mans) et RATP (Courbevoie) vient contrarier cette stabilité. A cela s’ajoute le problème récurrent de l’agence de Courbevoie qui peine à pérenniser son commerce.

La CGT ne doute pas de la détermination de la Direction à poursuivre le travail de « reconquête » engagé mais elle s’inquiète des inter-contrats potentiels générés par la perte des 2 contrats et constate la part grandissante du chiffre d’affaire du Grand ouest dans l’équilibre financier global (cf. ARKEA). Pour réussir la transformation de l’entreprise, chaque région doit réussir son développement sur son propre marché, tout en poursuivant le travail collaboratif déjà à l’œuvre entre régions.

Revue RH du premier semestre

La direction avait budgété une hausse de 1% de la masse salariale au premier semestre 2018 : bonne nouvelle, elle est finalement de 1,46%. Cependant, les chiffres ne différencient pas les augmentations dites “au mérite” de celles dues aux revalorisations légales (cf. jurisprudence ALTRAN). 161 salariés (soit 31,5% de l’effectif) ont été augmentés et/ou revalorisés, pour une moyenne de 3,68%, dans une fourchette de 0,07 à 16,63%. La répartition entre hommes et femmes est proche de leurs proportions respectives dans l’entreprise. En revanche, la catégorie ETAM a été proportionnellement moins augmentée. Les revalorisations concernent 19 changements de catégorie : 4 ETAM et 15 cadres.

Synthèse des sujets principaux

Mobiliser et valoriser sans distinction toutes les catégories de salariés sont deux conditions nécessaires au succès de l’entreprise.

De ce point de vue, la revue RH de ce semestre va dans le bon sens, bien que révélant une iniquité de traitement envers la catégorie ETAM. La CGT demande à la Direction de corriger cette situation au second semestre. Par ailleurs, les augmentations de salaires relèvent au moins autant d’une stratégie d’entreprise (exemple : éviter l’érosion des plus jeunes) que d’une valorisation de l’engagement personnel. Cela crée du mécontentement chez ceux qui estiment leur travail insuffisamment reconnu. Cette contradiction pourrait être évitée si la Direction acceptait de s’engager dans un processus systématique d’augmentations minimales généralisées (NAO).

Revalorisation salariale

La jurisprudence Altran (novembre 2016) a légalisée le réalignement annuel de la rémunération des salariés relevant de la catégorie “Réalisation de mission” sur le plafond de la Sécurité Sociale (de 39.228 à 39.732€ en 2018). Cette mesure a été mise en oeuvre au mois de mars, avec effet rétroactif au 01/01/2018. Elle a fait augmenter la masse salariale annuelle de 21.000€. 33 salariés sont concernés (2 à 3 d’entre eux ont également été augmentés “au mérite”).

Ce rattrapage, dont la CGT est à l’origine, est une bonne nouvelle pour les salariés concernés qui, sans cette disposition, pourraient rester plusieurs années consécutives sans augmentations. Bien qu’ayant une incidence sur la masse salariale, cette disposition technique est clairement à différencier des augmentations dites “au mérite” qui, elles, sont octroyées au bon vouloir de l’employeur. La CGT a demandé qu’à l’avenir, les deux types d’augmentation soient clairement séparés dans les documents communiqués au CE.

Perte du contrat SESAM-Vitale

Ce contrat concerne une vingtaine de salariés. Il s’agissait jusqu’à présent d’activités de test logiciel, avec un élargissement souhaité par le client aux activités de développement. Polymont a répondu en partenariat avec une autre société de services pour la partie développement. La direction espère réaffecter les salariés au fur et à mesure de leur sortie de SESAMVitale, les derniers d’entre eux étant prévus chez le client jusqu’à l’automne.

Ce type d’événements, habituel dans la vie d’une entreprise du numérique, intervient toutefois dans un contexte économique délicat. Et cela pour au moins trois raisons : la situation financière de l’entreprise reste fragile, d’autres contrats (moins impactant) ont été simultanément perdus sur Paris, le commerce parisien peine à toujours à décoller et à produire ses effets. La direction dit néanmoins rester optimiste, confiante en ses capacités à surmonter ces  difficultés. La CGT l’est beaucoup moins car rodée aux problèmes récurrents du commerce parisien et inquiète des conséquences sur les résultats 2018 de la perte cumulée de ces contrats.

Plan de formation 2018

Le plan de formation de l’année en cours, bien que remis ce mois-ci aux élus CE, ne sera officiellement commenté en réunion qu’en mai ou juin, afin de laisser à la commission Formation du CE le temps de se réunir pour l’étudier.

Sans commenter plus avant son contenu, le volume prévu de jours de formation en 2018 est en hausse de 16% par-rapport à 2017, année où l’effort de formation a du être réduit au strict minimum. Cet effort devra pourtant s’intensifier dans les années à venir : rappelons en effet que l’activité sans cesse évolutive d’une entreprise du numérique nécessite une politique de formation constante, appropriée et soutenue.

Informations syndicales : le point sur les négociations mensuelles…

Télétravail

Les échanges ont repris pour définir le cadre dans lequel pourraient s’exercer ce nouveau droit. Au menu : les contraintes techniques, les coûts inhérents à la mise en place du dispositif, le nombre de jours hebdomadaire maximum.

Filières & Fonctions

Ce chantier a été priorisé car il est nécessaire d’obtenir une cartographie précise de tous les métiers présents dans l’entreprise. Ce travail permettra notamment de faciliter l’évolution du salarié au sein d’une filière, voire d’organiser à sa demande un changement de filière.