La Bastoche N°94

La Bastoche N°94

Du jamais vu… La politique politicienne s’invite à la CRPCEN

Depuis des décennies, les élections à la CRPCEN déterminent une majorité de gestion dans les collèges des salariés et retraités. Majorité qui occupe les postes du bureau (Vice Président et Secrétaire) revenant à ces collèges.

Situation inédite en 2016, une liste arrive en tête (UNION POUR LA CRPCEN), mais obtenant 4 sièges sur 8, elle n’a pas la majorité qui requiert 5 sièges. FO obtient 3 sièges et la CGC 1 siège.

Alliance contre nature

On pouvait penser que, par respect des électeurs, les postes de Vice Président et de Secrétaire seraient revenus à la liste de l’UNION POUR LA CRPCEN, arrivée largement en tête.

C’était sans compter avec une alliance entre les administrateurs FO et CGC pour faire échec à cette logique.

L’union est noble lorsqu’elle est annoncée aux électeurs et s’appuie sur un programme défini en commun, fruit d’une vision commune de l’avenir du régime dans l’intérêt des salariés et retraités du notariat.

Elle est stérile lorsqu’elle se fait après coup et à l’insu des électeurs, entre listes rivales qui n’ont rien en commun et s’entendent juste pour faire blocage.

La Présidente contrainte de prendre parti

Les notaires s’abstenant, la Présidente a été contrainte de prendre parti entre deux candidatures au poste de Vice Président : d’abord celle de Lise VERDIER, Vice Présidente sortante (collège des salariés) et ensuite celle de Norbert SENTIER (collège des retraités).

Considérant que l’UNION POUR LA CRPCEN était arrivée en tête aux élections, la Présidente a accordé sa voix à Lise VERDIER qui a donc été désignée.

Les retraités floués

Bizarrement les administrateurs FO n’ont pas présenté de candidat au poste de Secrétaire. Les deux candidats en présence ont donc été : Béatrice JEHANNO, élue retraitée de l’UNION POUR LA CRPCEN, et René SERNA, élu salarié de la CGC.

Par souci d’équilibre, et avec la parfaite compréhension de l’UNION POUR LA CRPCEN, la Présidente a accordé sa voix au candidat CGC, qui a donc été désigné.

Mais les retraités sont floués car ils n’ont plus de représentant au bureau. Du jamais vu.

Voilà où conduisent les petits arrangements politiciens contraires à la culture de la CRPCEN.

Recours de FO et de la CGC

Comme si cela ne suffisait pas, FO et CGC ont formé un recours contre la désignation de la Vice Présidente.

Concrètement, cela revient à contester la position prise par la Présidente. Norbert SENTIER lui avait d’ailleurs, en séance, dénié le droit de prendre parti, invoquant un article du code électoral non applicable. Désolant !

A un moment où les régimes spéciaux sont une nouvelle fois sur la sellette, et où nous aurons besoin du soutien de la Présidente, Conseiller d’Etat, ce petit jeu politicien frise l’irresponsabilité.

La CGT appelle à la responsabilité, dans l’intérêt des salariés et retraités