L’écho de la presta n°21 : FO brade les droits des salarié-e-s

L’écho de la presta n°21 : FO brade les droits des salarié-e-s

Voici des mois que le SNPA (Syndicat National des Prestataires de services d’Accueil, d’animation et de promotion et l’un des syndicats patronaux négociant la convention collective) fait le « forcing » auprès des organisations syndicales pour qu’elles valident son projet d’extension du champ d’application de la convention collective des Prestataires de services pour y incorporer, entre autres, l’accueil dans les aéroports ou dans les gares.

Présenté par le SNPA comme n’étant qu’un projet de rattachement de salarié-e-s non couvert par une convention collective, alors qu’il s’est avéré après discussion avec les dits salarié-e-s que ce que manigançait le syndicat patronal n’étant rien moins que l’organisation d’un « dumping » social.

En effet, ces salarié-e-s sont déjà couverts par 1 voire 2 conventions collectives. Alors pourquoi en ajouter une 3e si ce n’est pour amoindrir leurs droits, et augmenter la précarité dans ce secteur.

La CGT a dénoncé très tôt cette mascarade de négociations, malheureusement nous avons pas été entendu car le syndicat FO vient de signer cet accord.

Nous ne comprenons pas les motivations qui ont conduit cette organisation à « brader » ainsi les droits des salarié-e-s, notamment la reprise, en cas de perte de marché, de l’intégralité des salarié-e-s par le nouveau prestataire. C’est loin d’être anodin, dans un secteur où les donneurs d’ordre ont tendance à faire tourner les marchés afin de faire pression sur le coût de la prestation.

La CGT entend utiliser tous les moyens à sa disposition pour faire échec à l’extension de cet accord, et permettre aux salarié-e-s de ce secteur de bénéficier d’une convention collective garantissant un haut niveau de droits sociaux tant en matière de sécurité de l’emploi, de rémunérations, de reconnaissance de leur savoir-faire, etc., ce que n’est le cas de celle des prestataires de services dans le domaine du secteur tertiaire.

Les salarié-e-s peuvent être assuré-e-s de nous trouver à leurs côtés pour mener la bataille nécessaire à l’amélioration de leurs conditions de vie au travail et pour empêcher tout recul social.