Conférence de presse de la CGT Call Expert Languedoc Roussillon

Conférence de presse de la CGT Call Expert Languedoc Roussillon

Voici la copie de la déclaration conjointe du Comité d’entreprise de CallExpert LR et du Délégué Syndical CGT de l’entreprise.

L’histoire de notre entreprise a commencé le 1er Janvier 2003 avec l’installation du Groupe Lastminute.com, professionnel du tourisme en ligne.

Le 1er Janvier 2007, CallExpert, groupe dirigé par Bertrand DELARMARRE, spécialiste de la relation client à distance, a racheté notre entité de Saint-Christol lez Alès à Lastminute.com. A ce moment là l’effectif s’élevait à environ 50 salariés. L’objectif de CallExpert était alors de diversifier l’activité du site pour en pérenniser l’emploi dans un premier temps et le développer dans un second. On pouvait d’ailleurs lire à l’époque, le 3 Mars 2007, dans le quotidien local : « Callexpert veut créer 200 emplois d’ici 2009 » ce qui suscitait déjà l’enthousiasme de Max ROUSTAN, Député Maire d’Alès et la réserve du Maire de Saint-Christol lez Ales de l’époque, Mr SIRVIN. Le développement va effectivement se mettre en place progressivement. Nous allons découvrir alors de nouveaux métiers, plus axés sur le télémarketing pur avec l’émission d’appels pour de nombreux prestataires (Téléphonie, édition professionnelle, défiscalisation, recherche de partenaires…). L’effectif du centre augmente alors et varie entre 70 et 130 salariés au plus fort de l’activité. Cela va durer comme ceci pendant deux ans.

Fin février 2009, les représentants du personnel mettent en avant des problèmes financiers que traverserait la société. Mr DELAMARRE, président de CallExpert, publie alors dans le quotidien local, un article annonçant le « recrutement de 60 CDD », ceci grâce notamment à la signature de plusieurs gros contrats comme Carrefour, SFR, ou encore SmartBox. Eléments qui normalement devaient rassurés l’ensemble des salariés. Le CE saisissait tout de même un expert pour mener un expertise des comptes de la société. La direction mettait par ailleurs en lumière les propos alarmistes du syndicat….

On arrivait alors au printemps 2009, où la direction remettait en cause des acquis sociaux (primes, pauses, Tickets Restaurant…). Une négociation, et la mise en place d’une mesure de dénonciation de certains usages était alors d’actualité. Après quelques jours, un nouveau modèle de rémunération variable était proposé aux salariés, et après quelques mois de tergiversation les pauses conventionnelles restaient payées. Ce remue-ménage était bel et bien mis en place pour rendre le centre « rentable ».

Dans la foulée, Yann LEBRETON, Directeur Général de la société, était missionné sur Saint-Christol lez Alès pour augmenter la productivité du centre et donc sa rentabilité. Cela faisait deux ans, que les représentants du personnel et l’ensemble des salariés attendaient ceci. En effet de nombreux reproches étaient formulés par la direction mais peu d’aide, voire pas d’aide, n’émanait de celle-ci. Nous étions alors totalement autodidactes sur les nouveaux métiers que nous avions découverts. Une augmentation de la rentabilité se fit alors ressentir,elle était nette et créait la satisfaction de nos dirigeants mais un peu moins d’un mois plus tard tout à changé (Avec d’ailleurs le retrait de différentes opérations vers Abbeville).

Nous voilà au 14 septembre 2009, jour de comité d’entreprise. Nous apprenons ce jour-là la volonté pour Bertrand Delamarre de nous céder et ceci au 01/12/2009. Annonce complétée par la présentation d’un éventuel premier repreneur en la personne de Yann Lebreton, notre actuel Directeur Général.

Ceux-ci nous donnerons alors quelques détails sur cet éventuel plan de reprise :

  • Reprise d’environ 60 Salariés (sur 140 aujourd’hui)
  • Reprise de l’ensemble des clients présents sur le site, sauf Lastminute.com, client historique du centre.
  • Reprise de l’ensemble de la technique présente sur le site
  • Perte des avantages sociaux, type Mutuelle, Primes…

Stupéfaits nous en avertissons immédiatement l’ensemble des salariés. Nous sommes alors convoqués en CE extraordinaire le 29/09 pour découvrir les plans de reprise et à la volonté de la direction mettre en place une procédure d’information consultation.

Un élément va venir augmenter le souci et l’incompréhension des salariés. Deux heures à peine après la fin du Comité d’entreprise, les salariés ont eu la surprise de voir arriver dans les locaux le Sous-préfet, accompagné d’une délégation de représentants de la communauté d’agglomération. Pourquoi étaient-ils là ? Etaient-ils déjà au courant ? Venaient-ils découvrir le projet de reprise ? Venaient-ils proposer des aides pour le développement, la survie du centre ? Ou un coup de main pour le nouveau repreneur ? Nous n’aurons aucune réponse à ces différentes questions. Seul élément avancé, un hasard du calendrier, la visite du Sous-préfet était prévue de longue date et non convenue en raison de l’annonce matinale.

De fait nous avons alors sollicité, et informé plusieurs personnes dont le Maire de Saint-Christol lez Alès, le Sous-préfet (où nous avons été reçus par sa directrice de cabinet), Mr Suau, membre du Conseil Général…

Nous attendions tous le 29/09 pour avoir enfin des informations sur l’avenir du site et de ses 140 salariés. Il n’en sera rien, une demande de report sera formulée par la direction. Elle ne sera par ailleurs en rien justifiée.

En parallèle les représentants du personnel mettent en place une procédure de « droit d’Alerte » pour avoir enfin des réponses sur la viabilité de l’entreprise, sur les budgets prévisionnels, sur les business plans, les effectifs… lors de ce Comité d’entreprise extraordinaire.

Enfin, et pour que le doute s’installe encore plus, nous découvrons ce même jour un article dans le Courrier Picard mettant en avant Callexpert comme sauveur de l’emploi, avec un développement du site d’Abbeville et des créations d’emploi. Là aussi on nous répondra Hasard… et la direction dira même qu’il n’y a aucun lien à y voir.

Pour conclure aujourd’hui nous sommes dans la plus grande des incertitudes. Les salariés sont soucieux de leur avenir, car comme tout le monde le sait il n’est vraiment pas de bon augure de perdre son emploi en ce moment, et malheureusement encore moins sur le bassin Alésien.

Il faut noter tout de même que jusqu’à ce jour, et pour se donner le plus de chance en vue d’une reprise, l’ensemble des salariés fait preuve d’un professionnalisme et d’une assiduité à toute épreuve, ce qui n’est vraiment pas évident dans de telles conditions.

Enfin, hier afin que l’ensemble des protagonistes soient au courant de cette situation l’Union Locale CGT d’Alès a fait parvenir à Mr le Député Maire et président de l’agglomération du Grand Alès, Max ROUSTAN une lettre d’information (en copie au Maire d’Abbeville, de Saint-Christol, et au Sous Préfet) dans laquelle celui-ci est informé et interpellé sur la situation que nous traversons.

Maintenant nous attendons avec impatience le 6 Octobre, nous avons d’ailleurs reçu la convocation hier soir, le CE extraordinaire se tiendra à 11h45 ici même, et nous vous invitons d’ores et déjà à revenir nous voir ce même jour à 16h00 pour un nouveau point sur la situation.