Appel à manifester le 1er décembre 2018

La fédération CGT des Sociétés d’études appelle l’ensemble des salarié.e.s à participer aux manifestations, à Paris et en province, à l’appel de la CGT contre la politique ultra libérale du gouvernement et du MEDEF.
Le gouvernement tente de justifier ses choix politiques, les augmentations des taxes sur les carburants, par l’urgence écologique.C’est un mensonge car on on le sait, le produit de ces taxes sert avant tout à alimenter le budget de l’état au profit des actionnaires de la dette et non à contribuer à la transition écologique !

C’est pourquoi nous exigeons notamment:

  • Une augmentation générale des salaires, des pensions, des indemnités chômage, des allocations sociales et des minimas sociaux pour redonner du pouvoir d’achat à toutes et tous. Cette augmentation doit être plus importante pour les femmes pour atteindre l’égalité salariale.
  • La reconquête d’une sécurité sociale de haut niveau permettant d’assurer la continuité du salaire quelle que soit la situation : jeunes, retraité-e-s, privés d’emploi, malade, en formation…
  • La réduction du temps de travail et la retraite à 60 ans à taux plein avec une pension au moins égale à 75%.
  • L’interdiction des licenciements boursiers.
  • L’arrêt des suppressions de postes et des fermetures des services publics, notamment dans la santé. La réouverture de services publics et sociaux de proximité pour répondre aux besoins des populations.
  • L’arrêt de la défiscalisation du kérosène dans le transport aérien. Le développement du ferroviaire pour les transports de marchandises et les transports collectifs.
  • Mettre un terme aux politiques centrées sur la voiture et mettre en place un réseau public, gratuit, de transports en commun accessible à tou-te-s sur tout le territoire.
  • Un aménagement équilibré du territoire qui passe par la lutte contre la concentration de l’activité sur les métropoles, véritables « territoires entreprises » au seul service des grands groupes et de leurs actionnaires.
  • La suppression de la TVA et la remise en place de l’impôt sur la fortune (ISF).
  • La suppression des cadeaux fiscaux et exonérations de cotisations sociales des entreprises et pour le financement de la sécurité sociale, de l’assurance chômage, de l’assurance maladie, de la branche famille par les cotisations sociales.
  • La mise en œuvre d’un plan de construction de logements sociaux et de rénovation écologique de l’habitat accessible à tou-te-s.
  • Le soutien à une agriculture paysanne privilégiant les circuits courts et les productions bios pour permettre à toutes et tous l’accès à une alimentation de qualité.

***POUR DES MESURES D’URGENCES SOCIALES ET ÉCOLOGIQUES***