ORANGE BUSINESS SERVICES : L’autre ZZZ – Mars 2019

ORANGE BUSINESS SERVICES : L’autre ZZZ – Mars 2019

Intéressement

Les montants moyens de l’intéressement versé au titre de l’année 2018 dans l’UES sont sortis :

Montant moyen l’intéressement versé par salarié

 

Filiale

2017

2018

Delta%

OAB

1 224

565

-54%

OCD

250

594

138%

Ocean

1 035

476

-54%

OCWS

981

639

-35%

Orange Consulting

307

704

129%

OH

1 696

821

-52%

NRS holding

925

 

 

UES

923

591

-36%

Comme vous pouvez le constater ces montants sont considérablement inférieurs à ceux touchés pour l’année 2017 et ce malgré un chiffre d’affaire en hausse et des résultats communiqués comme bons par la direction lors des différentes réunions d’agence. Explications : Le versement de l’intéressement est conditionné par trois objectifs : l’EBIT retraité (Earnings before interest, taxes). Il s’agit d’un indicateur financier non normalisé et son calcul peut différer en fonction des entreprises. Il peut se calculer de la façon suivante : EBIT = Chiffre d’affaires – Achats – Autres charges externes – Charges de personnel. Cet indicateur sera impacté par les projets structurants de l’entreprise indépendant de la volonté des salariés : acquisitions, déménagements, réorganisation, rémunérations, etc. Pour 2018 nous sommes à 53% de l’objectif « ambitieux » fixé par la direction (avec OCD à 23% et OAB à 89%).
Pour les deux autre critères, DSO et recrutement des alternants en CDI, sur lequel les salariés ont un impact significatif, les objectifs sont atteints voire même surpassés. Nous vous laissons en tirer les conclusions qui s’imposent.
Nous dénonçons régulièrement l’utilisation du critère de l’EBITDA sur lequel les salariés n’ont quasiment aucune influence.
Si l’objectif de la direction est d’associer les salariés à la performance de l’entreprise, pourquoi ne pas mettre en place une prime de 13ème mois, dépendant moins de la « clairvoyance » de la direction ?

Shadow IT : vous en faites sans le savoir

Le Shadow IT est une pratique rependue dans nos entreprises elle consiste à utiliser des moyens informatiques, applications, procédures sans que la DSI ne soit mise au courant. Un tableau Excel comportant des macros, un logiciel acheté sur un budget projet, un contournement des mesures de sécurités pour pouvoir accéder à votre environnement de travail, etc.
Certains indicateurs montrent même que 15 à 30% des dépenses en informatique sont réalisées hors budget DSI.
Quelle en est la cause et quels sont les risques de telles pratiques ?
Dans nos organisations complexes, la multiplication des interlocuteurs en IT ne facilite pas la tâche des utilisateurs. Certaines équipes chez OBS SA peuvent avoir jusqu’à quatre fournisseurs internes de services informatiques différents pour répondre à un seul besoin. Entre positions dogmatiques, sous-effectif, manque de moyens ou de soutien des directions, certains salariés n’hésitent pas à « innover » pour pouvoir effectuer leur travail. Du côté des solutions à envisager la première qui nous vient à l’esprit est un besoin de proximité des équipes DSI avec leurs clients, les salariés. Comprendre quels sont leurs besoins pour fournir le bon outil dans un environnement de plus en plus contraint. Peut-être qu’il faudra aussi simplifier les organisations, sortir des positions de principe pour pouvoir permettre aux salariés d’être plus sereins face à leurs outils de travail.

Remboursement des frais professionnels

Avec la création d’OBS SA, la direction va bientôt appliquer une décision unilatérale pour modifier la manière dont sont remboursés les frais professionnels.
En effet, concernant les indemnités kilométriques dues lorsque les salariés utilisent leur véhicule personnel pour aller en mission, les différentes filiales n’étaient pas logées à la même enseigne.
Pendant plusieurs années les salariés d’Orange Consulting, OCD, OCWs et Neocles étaient remboursés en-deçà du barème kilométrique des impôts !
Il faut donc régulariser la situation et remettre tout le monde au même barème, celui de l’URSAFF.
Bonne nouvelle nous direz-vous.
En partie seulement car en contrepartie la direction refuse de maintenir l’indexation du barème sur celui de l’URSAFF !
Non seulement la direction a fait des économies sur le dos des salariés avec une différence de traitement selon la filiale, mais elle refuse d’aller au bout de la logique d’alignement par le haut lésant ainsi les salariés qui bénéficiaient de l’indexation.
Pour rappel, l’utilisation du véhicule personnel pour aller en mission doit être une exception.
Si la direction ne veut pas rembourser les salariés, alors qu’elle mette ne place des voitures de pool en nombre suffisant.

Surtemps de trajet

Le 27 mars s’est tenue une réunion de concertation sur le surtemps de trajet au cours de laquelle la direction a présenté le bilan 2018 des dépenses. Sur l’UES OBS, le surtemps a représenté une dépense de 84 k€ et 14% des salariés ont été concernés. Pour rappel le montant de remboursement est de 5€ de l’heure depuis 2011.
Les syndicats demandent depuis 2011 à ce que le montant soit indexé sur le SMIC horaire (10,03€ en 2019). Ce qui est à priori refusé par la direction.
Pourtant en passant à 168 k€, nous resterions encore très loin des 15 M€ de redevances remontées à Orange…
A noter, les salariés en forfait-jours, sont également concernés par le surtemps de trajet, la décision unilatérale de l’employeur (DUE) actuellement en vigueur le prévoit. Néanmoins CHRONOS ne permet pas la saisie de surtemps pour ces salariés, l’outil ne respecte donc pas la DUE, ce qui est illégal. Pour les salariés concernés il faut trouver une alternative et, par exemple, remonter la demande de surtemps par email au service paie et au manageur.

Mutuelle : communication des données personnelles par le gestionnaire à un tiers

Des salariés ont reçu des propositions commerciales sur leur téléphone personnel de la part d’une société CSM Conseil pour souscrire à une assistance juridique. Société qui aurait l’agrément de la société NEOLIANE pour utiliser les coordonnées des salariés. NEOLIANE qui s’avère être partenaire de VIAMEDIS, notre ancien gestionnaire de mutuelle…
Sur le net il est possible de trouver des témoignages de personnes qui ont souscrit par téléphone ce type de contrat d’assistance juridique qui sont des produits NEOLIANE. Ils se sont retrouvés prélevés sans n’avoir rien signé.
Pour exercer votre droit d’accès auprès de VIADEMIS : donneespersonnelles@viamedis.fr.
Pour NEOLIANE : reclamation@neoliane.fr.
Espérons que nous n’aurons les mêmes problèmes avec le nouveau gestionnaire GENERATION.

Mutuelle : changement de gestionnaire et frais dentaire

Au 1er Avril la sécurité sociale remet à jour ces conventions avec les dentistes notamment concernant les couronnes.
Du fait du changement de gestionnaire, si vous avez fait un devis avant le 1er avril il faudra refaire une nouvelle demande de devis au dentiste puis le soumettre au nouveau gestionnaire.