Salariés d’avoués, organisons tous ensemble la riposte !

Salariés d’avoués, organisons tous ensemble la riposte !

Mesdames, Messieurs,

Notre organisation a décidé, contrairement au deux autres fois, de ne pas se joindre à l’appel à la grève proposée par l’ANPANS pour les journées du 26 et 27 mars 2009.

Cette décision, prise après consultation de nos bases dans les études d’avoués, est motivée par le fait que nous estimons que celle-ci n’a que de peu de chance de gêner véritablement l’appareil judiciaire (même s’il est sur qu’un cela engendrera des difficultés pour les justiciables) et donc de peser de façon importante sur le Gouvernement. Pour nous, cette initiative n’aura pas plus d’effet qu’une simple piqure de moustique pour le Gouvernement, alors que les salariés auront sacrifié deux jours de leur salaire (les heures ne sont pas payées nous vous le rappelons). Dans le contexte économique actuel, les salariés ont-ils les moyens de se permettre un tel sacrifice ?

Toutefois, nous sommes d’accord avec l’ANPANS et les autres organisations syndicales pour dire qu’il faut organiser la mobilisation des salariés des études d’avoués et populariser leur combat. Il est plus que temps que le Gouvernement entende la voix des salariés des études d’avoués et pour cela il faut impliquer les politiques à tous les niveaux et la presse. Seule cette implication fera réagir le Gouvernement.

Nous devons donc mettre la pression sur les politiques notamment les élus locaux qui auront à gérer les conséquences sociales de cette réforme.

C’est pour cela que notre organisation propose les actions suivantes individuelles comme l’envoi par chaque salarié de courrier aux élus locaux et nationaux de votre région d’un courrier parlant de votre situation avec une demande de rendez-vous pour que chacune et chacun puisse expliquer les conséquences personnelles qu’aura cette réforme.

Et collectives, comme des actions ponctuelles mais régulières (1 fois toutes les 15 jours voir toutes les semaines) d’occupation pacifique, pendant une heure ou deux, de lieux symboliques tel que les Cours d’Appel, les agences du Pôle Emploi, les permanences politiques, les Chambre de Commerce, la place du marché, etc. Il faut coupler chacune de ces occupations avec la distribution de tracts d’information sur votre situation et l’information des média locaux (journaux, tv, etc.).

Bien entendu, toutes les structures locales de la CGT sont à votre disposition pour vous apporter l’aide nécessaire à la réussite de vos actions.

Afin de lancer le mouvement, nous appelons donc à l’occupation de l’ensemble des Cours d’Appel le 26 mars 2009 de 10h à 12h.

La CGT propose de réunir, le 7 avril 2009 de 10h à 16h00 en ses locaux de Montreuil, un représentant de chaque étude d’Avoués, syndiqués ou non, afin de discuter des actions d’« harcèlement » du Gouvernement et déterminer ensembles sur chaque cours un calendrier allant jusqu’au 31 décembre 2009. Notre Fédération prendra bien évidement en charge les frais de transport et de déjeuner. Afin d’officialiser la représentation de chacun, il sera demandé un mandat collectif écrit de vos collègues.

En attendant, et comme votre problème est lié aussi à un contexte économique et à des choix politiques pris par un Gouvernement qui préfèrent prendre aux plus pauvres pour donner aux plus  riches, nous appelons l’ensemble des salariés des études d’avoués à manifester à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales le 19 mars 2009 partout en France.

Fraternellement,