Au bout du fil n°32 : Le SP2C aux abonnés absents !

Au bout du fil n°32 : Le SP2C aux abonnés absents !

Suite à la mobilisation nationale du 27 mai dernier, l’intersyndicale CGT / CFDT / CFTC / FO / SUD avait sollicité de rencontrer le syndicat patronal SP2C, ainsi que les ministères de l’Economie et du Travail.

Pour le Ministère de l’Economie, nous avions obtenu, courant de l’été, une date de réunion fin septembre. Malheureusement le remaniement ministériel qui a eu lieu fin août a eu pour conséquence le report de celle-ci à une date ultérieure non définie.

Le Ministère du Travail, entre deux chasses aux chômeurs, nous a contacté pour nous indiquer qu’il se tenait à notre disposition pour nous rencontrer. Une date sera donc prise très prochainement.

Les seuls à n’avoir pas daigner nous répondre, ce sont les patrons. C’est à croire que le service de relation sociale du SP2C est en dérangement. Il est vrai que les employeurs se soucient plus des bénéfices qu’ils peuvent tirer du travail de leurs salarié-e-s plus que de l’amélioration de leurs conditions de vie au travail comme en dehors.

La preuve est à nouveau fait, qu’il ne suffit pas d’être labélisée « SOCIAL » pour l’être vraiment.

Apparemment, les patrons étant atteints de surdité, il va falloir que les salarié-e-s fassent entendre plus fortement leurs cris de détresse face à un emploi qui les laminent petit à petit.

C’est dans ce contexte, que l’intersyndicale a décidé de se réunir à nouveau mi-septembre pour décider des actions à mener dans les semaines à venir.

Mais quoique nous fassions, si vous, salarié-e-s du secteur, vous ne prenez pas votre avenir en main en vous mobilisant massivement, rien de bougera de façon significative, notamment sur les revendications suivantes :

  • La revalorisation immédiate des salaires pour une reconnaissance des compétences des salarié-e-s du secteur au travers de leur rémunération (augmentation de 100 € brut) ;
  • Le respect des temps de pause afin d’améliorer la qualité de vie au travail (5 min par heure dans le travail effectif) ;
  • Le respect de la convention collective pour la temporisation des appels (10 secondes entre les appels) ;
  • La suppression des jours de carence maladie.

Tous ensemble nous serons plus forts pour faire pression sur le patronat et le Gouvernement afin d’apporter œuvre de vraies améliorations de vie à tous.