PSE Blizzard Entertainment

PSE Blizzard Entertainment

Plus de 130 licenciements sans justification économique

L’éditeur de jeux vidéo Activison-Blizzard (concepteur de Warcraft, Starcraft, Diablo, …) a décidé de supprimer un tiers de ses effectifs en France, dans sa filiale Blizzard Entertainment à Versailles, 134 salarié-e-s sur 434.

La nouvelle a d’autant plus de mal à passer que l’éditeur a réalisé un bénéfice net record en 2018, d’environ 1.87 milliards de dollars.

PSE des informations au compte-gouttes

La Direction a décidé de présenter un PSE, celui-ci doit être homologué par la DIRECCTE.

Pas de PSE au rabais

La CGT a décidé de contester le Plan de Sauvegarde de l’Emploi présenté par la Direction, il est inacceptable de voir 134 salarié-e-s jeté-e-s à la rue (et leurs
familles).

Peu d’information sur les différents postes impactés, les bureaux Blizzard Versailles abritent des salarié-e-s lié-e-s aux relations presse, à la localisation ou encore à l’assistance clientèle : des secteurs qui ont été clairement ciblés par la Direction Blizzard pour être « remplacés » par des développeurs (aux Etats-Unis) en vue d’augmenter la taille des équipes qui créent du contenu « in game ».
Blizzard devrait proposer des mutations dans ses autres locaux européens situés à Cork, en Irlande, ou à La Haye, dans les Pays-Bas.
Tous les salarié-e-s qui seront licencié-e-s dans ce PSE pourront saisir le Conseil de Prud’hommes de Versailles sur l’absence de justification économique.
La CGT accompagnera cette procédure collective.

Demain, la fermeture complète du site de Versailles ?

La CGT s’oppose fermement aux suppressions d’emploi