fbpx

Communication CGT sur le feu chez AUBERT & DUVAL Pamiers

En premier lieu la CGT AD félicite les pompiers et les salariés de l’usine qui, souvent au péril de leur santé, ont tout fait pour éviter que ce drame ne soit pas plus grave, grâce à eux on ne déplore que des blessés et pas de mort, grâce à leur professionnalisme le feu ne s’est pas propagé aux autres bâtiments.

Malgré cela, cet incendie nous a tous fortement choqués, personne ne pensait que cela brûlerait aussi vite et aussi intensément.

La CGT AD n’a pas voulu depuis vendredi faire le buzz dans les médias parce que nous pensons que ce n’est pas le moment de faire des hypothèses ou d’imaginer des scénarios de films à sensation.

Pour tous les élus et mandatés CGT, notre travail est sur l’accompagnement des salariés qui ont perdu leur travail, leur atelier, qui en l’espace de quelques heures sont passés de « c’est la rentrée il va falloir organiser les équipes pour passer la charge à… désolé l’atelier a pris feu et je ne sais quand tu pourras retravailler ».

Il faut aussi prendre en compte le choc de tous les salariés qui travaillent dans les bureaux et ateliers à côté et qui ne s’imaginaient pas qu’un incendie d’une telle ampleur était possible.

Pour la CGT, lors du CSEE du 13 septembre 2021 donc 3 jours après l’incendie nos priorités et nos exigences étaient :

  • Comment la direction va-t-elle gérer les salariés présents sur le site et bloqués devant les portes du site le jour du feu et le suivi médical que l’employeur leur doit.
  • Assurer un suivi psychologique pour tous les salariés.
  • Le maintien du salaire à hauteur de l’accord de chômage partiel que nous avons négocié lors de la COVID pour tous les salariés ne pouvant pas travailler.
  • Un plan de reprise de l’activité des autres ateliers et bureaux avec la garantie que les analyses de l’eau, de l’air et des poussières sont aux normes pour protéger la santé des salariés et être sûr qu’ils reprennent le travail en toute sécurité.
  • Que le site soit en sécurité dans l’éventualité d’un autre incident.
  • Un projet de reconstruction des service ACS, Métallographie et Chimie.

La direction nous a informés sous contrôle des services de l’état en matière d’environnement qu’il n’y avait plus de pollution de l’air, pas contre elle n’avait pas encore les retours d’analyse de l’eau, ni les analyses des poussières qui sont faites par des laboratoires indépendants, donc nous élus CGT soutenus par l’inspection du travail nous avons refusé la reprise de l’activité, le risque de suraccident étant possible.

Nous avons obtenu un suivi médical et psychologique et un recensement de tous les salariés qui auraient pu être touchés.

Bien sûr, nous avons une pensée pour la population de Pamiers inquiète pour sa santé, aussi nous avons demandé à la direction qui a déjà travaillé avec les services de l’état sur le sujet, de garantir qu’il n’y a pas de contamination de l’eau et des sols.

Nous avons aussi déclenché une enquête de la CSSCT pour enquêter sur les protections et le suivi des salariés directement impactés ou pas.

Pour la CGT AD, il est aussi primordial de reconstruire cet atelier qui n’avait que 25 ans d’ancienneté avec bien sûr des protections plus importantes pour que cela ne se reproduise plus. Cette étape du procédé de fabrication est incontournable aujourd’hui.

Pour la CGT AD, il est indispensable que cet atelier soit reconstruit pour que le travail soit fait chez Aubert & Duval Pamiers et pas sous-traité comme c’est déjà le cas en partie vers la Turquie ou d’autres pays dont les lois et les moyens de contrôle sont moins rigoureux et moins exigeants en termes de conditions de travail et d’environnement.

Prochain CSEE le 14 septembre 2021 dans l’après-midi

Communication CGT sur le feu chez AUBERT & DUVAL Pamiers