LOGICA : Hérisson n°7 – Mai 2010

LOGICA : Hérisson n°7 – Mai 2010

Horaires Étendus, Salaires Restreints ?

LOGICA a souhaité ouvrir la négociation d’un accord permettant le travail en horaires étendus. Il s’agit de pouvoir répondre favorablement aux demandes croissantes de nos clients pour des TMA pouvant couvrir la plage horaire 4H-23H.

Cette négociation avec les syndicats nous interpelle sur le devenir de notre métier d’informaticien en SSII. Déjà mis à mal par une pression sauvage des clients sur nos prix de vente journaliers, mis en concurrence avec nos collègues de pays à très bas coût de main d’œuvre, frappé par le gel des salaires en 2009, nous voilà confrontés à une industrialisation forcenée de nos prestations. Sommes-nous destinés à devenir des OS de l’informatique ? Cette question se pose désormais avec acuité ! La préservation de nos emplois et notre avenir dépendra de notre capacité à évoluer vers des prestations d’expertises à forte valeur ajoutées si nous voulons valoriser notre savoir faire et être rétribués à la juste valeur des tâches complexes que nous accomplissons. A travers la campagne sur la marque, la stratégie de Logica s’inscrit clairement dans cette logique. Néanmoins, cette volonté stratégique ne peut s’exonérer d’investissements à la hauteur de l’ambition, notamment au plan humain dans le domaine de la formation. L’absence d’éléments concrets dans la communication interne et dans les actes nous inquiètent sérieusement.

Pour le reste, La CGT n’est pas opposée par principe à un tel accord pourvu que le système mis en place soit basé sur un réel volontariat. Si l’on veut des volontaires, il est indispensable que les compensations mises en place soient à la hauteur des énormes efforts qui devront être consentis.

Pour l’heure, la discussion est bien entamée. Il nous semble possible d’ arriver à nous entendre sur le principe d’un accord-test à durée déterminé, sur les conditions d’entrée et de sortie du dispositif, sur le suivi médical et les compensations dans le domaine des aménagement du temps de travail. En revanche, la discussion achoppe toujours sur quelques points essentiels à nos yeux : la reconnaissance du travail de nuit et du samedi, la valorisation du travail dans des tranches horaires exigeantes pour les organismes et la vie sociale.

Nous déplorons également que la Direction nous propose une fois encore des mesures forfaitaires déconnectées du salaire horaire pour compenser les contraintes imposées par les nouvelles organisations du travail (astreintes, temps de trajet, frais de déplacement, etc. et maintenant horaires étendus). Ces forfaits nient ainsi la valeur du travail qui y est attachée et à défaut d’indexation se dévalorisent dans le temps. C’est une dérive inquiétante !

Nous sommes donc encore très loin d’une possible signature.

À noter enfin, que les différents syndicats avancent à cette occasion dans une certaine unité, nous espérons qu’elle perdurera lorsqu’il s’agira d’être ferme et intransigeant pour ne pas concéder une mise place de ces horaires qui engagerait les salariés dans une organisation du travail génératrice de souffrance.

http://www.cgt-logica.com