TELEPERFORMANCE : Casse d’emplois chez SFR NUMERICABLE et TELEPERFORMANCE même combat

TELEPERFORMANCE : Casse d’emplois chez SFR NUMERICABLE et TELEPERFORMANCE même combat

Depuis des mois le client donneur d’ordre SFR Numéricâble annonce à travers différents communiqués une véritable saignée de ses effectifs : 5000 suppressions en interne et 3000 pour les sous traitants, sans que cela pose le moindre problème aux autorités qui continuent de leur verser des aides via le CICE et le label de responsabilité sociale, sur cette dérégulation du secteur des télécoms et des conséquences désastreuses sur leurs salariés ainsi que leurs familles.

Si chez SFR la fin des trois ans de sursis pour les salaries a sonné, puisque Patrick Drahi a clairement annoncé que 2017 va être une année noire pour ses salaries sans aucun scrupule, allant jusqu’à les comparer à des lave linge. Chez Teleperformance France, son sous traitant, où 4 sites traitent du SFR sur 13 seront impactés (Blagnac, Lyon, Belfort et Le Mans), même si TP fait de la réassurance en disant que le client n’a pas annoncé son retrait de ces sites contrairement aux autres prestataires Arvato et Acticall .

le constat est une baisse drastique de la masse salariale chez TP avec des licenciements en masse, une baisse très significative des flux et des conditions de travail très dégradées voire d’un autre âge, vu l’augmentation du nombre de départs pour inaptitude les dysfonctionnements des outils de travail et les exigences de productivité en benchmarkant les salariés entres eux est à peine voilé pour dégouter un peu plus les salariés qui n’ont d’autres choix certains de partir pour sauver leur peau. Une complicité malsaine entre le client et son sous traitant ?

Jusqu’où ira Teleperformance leader mondial des centres d’appels qui
vient pourtant de faire une acquisition record :
Le rachat de Language Line pour 1,35 Md€.

Teleperformance, qui compte 190 000 collaborateurs, affiche au 1er semestre 2016 des revenus d’1,69 milliard de dollars pour un bénéfice net de 86 millions d’euros.

TP continue de supprimer des emplois dans le déni complet des règles légales en vigueur en France.

« Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu. (B. Brecht) »

Par la convergence des luttes et la mobilisation le plein emploi peut être imposées

Faisons de la journée d’action du 6 septembre un nouveau rendez vous de mobilisation pour l’arrêt des licenciements des conditions de travail plus favorables et la valorisation de notre travail par un salaire décent.

Rendez–vous le 6 septembre à 14 heures sur le PARVIS de Teleperformance Blagnac