fbpx

L’En’robé n°187

Quand le putschiste revêt
ses habits de zéro… euh Zorro

Dans un mail du 10 avril adressé au président de l’ENADEP, Monsieur Géry Waxin, le putschiste de service lui reproche un certain nombre de choses que celui-ci n’aurait jamais fait depuis son élection à la tête de l’ENADEP. Il est vrai que Monsieur Avenas briguait aussi ce poste. C’est d’ailleurs certainement une revanche de sa part d’avoir été battu démocratiquement par un vote de l’ensemble des administrateurs.

Cette amère défaite l’amène donc depuis plusieurs semaines à mener une « guerre de crasses », tout en affirmant que Géry Waxin n’a « plus de droit en quoi que ce soit depuis le 28 février 2020 ».

Rappelons quand même à notre Don Quichotte de la palabre, qu’en tout état de cause, Monsieur Waxin est aussi un administrateur et qu’il dispose de droits que lui confère cette fonction. A moins que là aussi, « l’harlequin » du droit tente une dernière incartade à l’endroit même des administrateurs. Tout est possible de sa part.

D’ailleurs, il n’hésite pas à accuser M. Géry Waxin de créer de la souffrance, du harcèlement parmi le personnel de l’ENADEP. Pire le « psychologue de la farce » aurait senti une situation de souffrance liée à un « conflit de loyauté ».
Mais de qui se moque-t-il ? Le putschiste verserait maintenant dans l’éthique. N’a-t-il pas compris qu’il est entièrement responsable, lui et son équipe de « bras cassés », de ce qui se passe aujourd’hui ?

Les salariés de l’ENADEP n’ont pas besoin d’un.e psychologue mais d’un retour à une présidence unique et élue démocratiquement. A ce jour, il n’y en a qu’un président, M. Waxin… qu’on se le dise une bonne fois pour toute.

Mais nous savons trop que l’égocentrisme du putschiste ne le fera pas plier. C’est pourquoi, nous travaillons à quelques petites surprises…

Surprise… surprise…

L’En’robé n°187