fbpx

L’écho de la presta n°100

« Un salaire, pas une aumône »

Le 18 octobre en CPPNI, nous avons enfin reçu le rapport de branche 2019/2020 de la Prestation de Services Secteur Tertiaire (P2ST). Ce rapport permet d’avoir une vue globale de la politique salariale des entreprises du secteur.

Il faut savoir que ce sont les dirigeants d’entreprise qui déclarent le niveau de salaire de leurs employé-e-s. Mais quoiqu’il en soit, même une étude à la main patronale ne peut cacher la vérité. Noyer le poisson ou mettre la poussière sous le tapis en globalisant salaires de cadres et salaires d’employé-e-s, n’a rien changé. Le rapport est sans appel. Il confirme qu’en moyenne les salarié-e-s de la catégorie employé-e-s ont un salaire brut de base de 1617 € !

En réalité, c’est pire. En détaillant le rapport on découvre que 66% des salarié-e-s du secteur sont des femmes  surreprésentées chez les grandes employeurs (centres d’appels, accueil en entreprise). Parmi elles : 48% sont cantonnées au premier niveau de la classification employée avec un salaire moyen de 1565 €. Elles occupent aussi 78% des temps partiels.

La CGT a donc revu à la hausse sa demande d’augmentation du salaire minimal de branche. Nous revendiquons pour les employé-e-s placé-e-s au premier coefficient de la grille, un salaire de 2000 € brut pour un 35h hebdomadaire. Nous proposons aux organisations patronales (OP) 3 types de modifications en faisant évoluer la valeur du point et/ou
de l’indice de rémunération parmi les 3 catégories : Employés—TAM—Cadres. La vocation de cette modification est d’éviter le tassement de la grille qui maintient les salaires de base sous le SMIC, ou sous le plafond mensuel de la sécurité sociale (PMSS) pour les cadres.

C’est une augmentation de salaire dont nous avons besoin pour faire face aux augmentations d’électricité, d’essence et toutes les dépenses contraintes. Un salaire, pas une aumône matérialisée par un chèque de 100 € payé par nos impôts. Les OP nous ont fait savoir, qu’elles réfléchissaient et nous donneraient une réponse en Décembre : vivement noël !!

L’écho de la presta n°100